Réussissez votre
Examen Aéronautique

Accédez à plusieurs milliers de questions corrigées couvrant les programmes officiels 2023 de l’ATPL, du théorique ULM, du PPL et PPL Hélicoptère. Révisez chapitre par chapitre, épinglez vos questions préférées, suivez votre progression grace à des statistiques détaillées et entraînez-vous de manière intensive avec nos examens blancs.

4,8/5 sur plus de 500 avis

Entraînez-vous à l’examen théorique de l’ATPL en répondant à ce QCM gratuit !

Un QCM de 20 questions provenant du module Droit aérien et procédures du contrôle de la circulation aérienne pour tester vos connaissances sur l’ATPL

QCM ATPL Gratuit

Ce QCM gratuit vous permettra de tester vos connaissances avant de passer l’examen théorique de l’ATPL.

Dans ces questions à choix multiples, une seule réponse est vraie :

1 : L’inscription d’un aéronef sur le registre d’immatriculation comprend : 1 – la date d’immatriculation 2 – le lieu d’immatriculation 3 – le numéro d’immatriculation 4 – le numéro du certificat de navigabilité 5 – la nationalité du propriétaire 6 – l’aérodrome d’attache de l’aéronef 7 – la description de l’aéronef
A. 1+2+3+5
B. 1+3+6+7
C. 1+3+4+5
D. 4+5+6+7

2 : L’OACI : 1. est entrée en fonction le 4 avril 1947. 2. l’Assemblée se réunit au moins tous les 4 ans (amendement de l’article 48). 3. le Conseil est composé de 36 représentants. 4. la CNA est composée de 20 experts. 5. le Secrétariat Général est réparti en 5 directions.
A. 2, 4.
B. 2, 3, 5.
C. 1, 2, 3, 4, 5.
D. 1, 3, 5.

3 : L’OACI publie des annexes qui sont au nombre de :
A. 15.
B. 19.
C. 16.
D. 17.

4 : L’obligation pour un exploitant de transporter toute personne hors du territoire d’un État contractant s’arrête lorsque cette personne a été définitivement admise dans un autre État contractant de destination.
A. L’obligation de l’exploitant s’arrête aussitôt que la personne quitte l’avion.
B. L’obligation concerne l’État contractant de l’opérateur.
C. L’exploitant n’a aucune obligation.
D. Cette affirmation est juste.

5 : L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) a été instituée par la convention internationale de :
A. La Haye.
B. Chicago.
C. Montréal.
D. Varsovie.

6 : L’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) diffuse diverses publications techniques. Dans la liste ci-dessous les documents établis par l’OACI sont : 1. Le règlement de la Circulation Aérienne (RCA). 2. Les normes et les pratiques recommandées (SARP). 3. Les procédures pour les services de la Navigation Aérienne ( PANS). 4. La publication d’Information Aéronautique (AIP). 5. Les circulaires d’Informations Aéronautiques (AIC). 6. Les procédures complémentaires régionales (SUPPS). 7. Les règlements aéronautiques fédéraux (FAR).
A. 2, 3, 6.
B. 1, 2, 3, 4.
C. 1, 4, 5.
D. 2, 3, 7.

7 : L’organisation de l’aviation civile internationale (OACI) établit :
A. des propositions de règlements à l’usage de l’aéronautique sous la forme de 18 annexes.
B. des standards aéronautiques adoptés par tous les états.
C. des normes et pratiques recommandées internationales pour les etats membres.
D. des normes et pratiques recommandées, appliquées sans exception par tous les etats signataires de la convention de Chicago.

8 : L’organisme ATS approprié doit être informé :
A. si la vitesse vraie moyenne au niveau de croisière diffère ou risque de différer de plus ou moins 5% par rapport à la valeur indiquée dans le plan de vol.
B. de tout écart de Vp.
C. de tout écart par rapport à la route.
D. dès qu’il est constaté que le temps estimé relatif au point de compte rendu réglementaire suivant est entaché d’une erreur dépassant dix minutes par rapport au temps notifié aux services de la circulation aérienne.

9 : L’organisme de contrôle de la circulation aérienne a transmis le message « contact radar », cela signifie pour le pilote que :
A. l’identification radar de l’aéronef a été établie.
B. l’aéronef est soumis à un contrôle de position.
C. le pilote n’a plus à contrôler la position de son aéronef.
D. les comptes-rendus de position ne sont plus nécessaires.

10 : La « lettre code D » doit être choisie pour identifier une voie de circulation utilisée par des aéronefs dont la largeur du train principal est inférieur à 9 m. La largeur de cette voie de circulation est de :
A. 18 m.
B. 15 m.
C. 23 m.
D. 25 m.

11 : La 5ème liberté de l’air est :
A. le droit de transporter du trafic commercial entre deux pays (C à A) par le transporteur d’un troisième pays (B).
B. le droit de transporter du trafic commercial entre deux points d’un pays (B) par le transporteur d’un autre pays (A).
C. le droit de transporter du trafic commercial entre tous les points d’atterrissage sur des vols entre 3 pays partenaires ou plus (B à C à D).
D. le droit de transporter du trafic commercial d’un territoire partenaire (B) vers le pays d’origine du transporteur (A).

12 : La 6ème liberté de l’air est :
A. une combinaison des 3ème et 4ème libertés. Le droit de transporter du trafic commercial entre deux pays partenaires (C à A) par le transporteur d’un troisième pays (B).
B. le droit de transporter du trafic commercial entre deux nations (C à A) par le transporteur d’un troisième pays (B).
C. le droit de transporter du trafic commercial entre deux points du territoire partenaire (B) vers le pays d’origine du transporteur (A).
D. le droit de transporter du trafic commercial entre tout point d’atterrissage sur des vols entre 3 pays ou plus (B à C à D).

13 : La catégorie de l’aérodrome pour les services de sauvetage et de lutte contre l’incendie est basée sur :
A. la longueur du plus long avion.
B. la longueur du plus long avion utilisant l’aérodrome normalement et sa masse maximale de fuselage.
C. la largeur maximale du plus long avion seulement.
D. la longueur du plus long avion utilisant l’aérodrome normalement et sa largeur maximale de fuselage.

14 : La catégorie de turbulence de sillage est indiquée en case 9 du plan de vol. La lettre H est utilisée pour les aéronefs gros porteurs d’une masse maximale certifiée au décollage supérieure ou égale à :
A. 121 000 kg.
B. 199 000 kg.
C. 136 000 kg.
D. 100 000 kg.

15 : La catégorie de turbulence de sillage est indiquée en case 9 du plan de vol. La lettre L est utilisée pour des aéronefs d’une masse maximale certifiée au décollage inférieure ou égale à :
A. 20000 kg.
B. 5700 kg pour les avions et 2700 kg pour les hélicoptères.
C. 7000 kg.
D. 14000 kg.

16 : La CEAC (Conférence européenne de l’Aviation Civile) :
A. est une conférence régionale de l’OACI, dont la mission consiste à favoriser le commerce aérien dans l’Union européenne.
B. est une conférence régionale de l’OACI, dirigée par un secrétaire de cette organisation.
C. a été créée à l’initiative du Conseil de l’Europe, sous l’égide de l’OACI, pour promouvoir le développement ordonné du transport aérien en Europe, dans les domaines économiques et techniques de la sûreté et de la sécurité.
D. a été créée à l’initiative du Conseil de l’OACI, pour promouvoir le développement du transport aérien en Europe, dans les domaines économiques et techniques de la sûreté et de la sécurité.

17 : La CEAC regroupe aujourd’hui :
A. 42 États.
B. 15 États.
C. 33 États.
D. uniquement l’Union Européenne, l’Association du Libre Échange et l’EASA.

18 : La cinquième liberté de l’air permet :
A. le droit de cabotage.
B. le droit de débarquer des passagers, fret, poste provenant du territoire d’immatriculation.
C. le droit d’effectuer du transport commercial entre deux Etats tiers.
D. le droit d’embarquer des passagers, fret, poste vers son territoire d’immatriculation.

19 : La circulation d’aérodrome est :
A. tous les appareils sur l’aire de mouvement et volant au voisinage de l’aérodrome.
B. tous les appareils sur l’aire de manoeuvre.
C. tous les appareils dans le circuit d’aérodrome.
D. tous les appareils sur l’aire de manoeuvre et volant au voisinage de l’aérodrome.

20 : La circulation essentielle est :
A. un trafic contrôlé non séparé d’un autre trafic contrôlé avec les minimas de séparation publiés.
B. les vols IFR contrôlés séparés des vols non contrôlés en espace aérien consultatif.
C. les vols IFR non contrôlés séparés des vols VFR non contrôlés en espace aérien consultatif.
D. un trafic contrôlé séparé d’un autre trafic contrôlé avec les minimas de séparation publiés.