Réussissez votre
Examen Aéronautique

Accédez à plusieurs milliers de questions corrigées couvrant les programmes officiels 2023 de l’ATPL, du théorique ULM, du PPL et PPL Hélicoptère. Révisez chapitre par chapitre, épinglez vos questions préférées, suivez votre progression grace à des statistiques détaillées et entraînez-vous de manière intensive avec nos examens blancs.

4,8/5 sur plus de 500 avis

Révisez l’ATPL théorique avec ce test gratuit !

Révisez votre ATPL avec ce test gratuit issu de la thématique Instrumentation

QCM ATPL Gratuit

Testez vos connaissances sur l’ATPL théorique avec ces 20 questions.

Dans ces questions à choix multiples, une seule réponse est vraie :

1 : L’erreur de cardan du gyroscope directionnel est due à l’effet :
A. d’une précession trop faible du cadre horizontal.
B. de l’inclinaison ou de l’assiette de l’avion.
C. de la trajectoire de l’avion sur la Terre.
D. du poids apparent et de la verticale apparente.

2 : L’erreur de parallaxe est :
A. due à l’effet de la pression.
B. une erreur de lecture.
C. due à l’effet de la température.
D. due à l’effet des accélérations de l’avion.

3 : L’erreur de position d’un anémomètre résulte :
A. de la différence de densité de l’air par rapport à celle rencontrée au niveau de la mer en conditions standard.
B. du fait que l’air devient compressible aux hautes vitesses.
C. des effets de l’écoulement de l’air à proximité des prises statiques et de l’entrée d’air du tube de Pitot.
D. de défauts mécaniques propres à chaque instrument.

4 : L’erreur de position du capteur de pression statique auquel est connecté l’altimètre varie principalement avec :
A. la déformation de la capsule anéroà¯de
B. la température statique
C. le nombre de Mach de l’avion
D. l’altitude de l’avion

5 : L’erreur du conservateur de cap causée par la convergence des méridiens aux latitudes nord et sud est appelée :
A. erreur de déplacement.
B. dérive.
C. erreur de virage.
D. erreur mécanique.

6 : L’erreur maximale du gyro directionnel due à la rotation de la Terre est de :
A. 60°/heure.
B. 45°/heure.
C. 30°/heure.
D. 15°/heure.

7 : L’erreur quadrantale d’un compas magnétique est corrigée en utilisant :
A. des pièces de fer dur.
B. des paires d’aimants permanents.
C. des aiguilles magnétisées.
D. des pièces de fer doux.

8 : L’erreur quadrantale du compas magnétique est due à l’action :
A. des pièces de fer dur influencées par le champ géomagnétique.
B. des pièces de fer dur influencées par les pièces de fer doux.
C. des pièces de fer doux influencées par le champ géomagnétique.
D. des pièces de fer dur et des pièces de fer doux influencées par les pièces de fer dur.

9 : L’étalonnage d’un anémomètre est basé sur la densité :
A. à l’altitude de croisière normale.
B. au niveau moyen de la mer en atmosphère standard.
C. à la tropopause.
D. au niveau moyen de la mer avec une température de +15°C.

10 : L’inconvénient d’un tachymètre électronique est :
A. de voir son indication influencée par la température.
B. de subir l’influence de la résistance de ligne.
C. de générer des parasites au niveau du dispositif balais / collecteur.
D. de nécessiter une alimentation électrique.

11 : L’indicateur d’un radioaltimètre moderne fournit les informations suivantes : 1. Une hauteur oblique sous un angle de 30° vers l’avant de l’avion. 2. Une information au passage de la hauteur de décision. 3. Une pente d’approche s’il est couplé à l’ILS. 4. Une hauteur verticale au-dessus du sol.
A. 2, 3.
B. 3, 4.
C. 2, 4.
D. 1, 2.

12 : L’indicateur de l’amortisseur de lacet ou « Yaw Damper » fournit au pilote une information concernant :
A. le mouvement de la gouverne de direction commandée par les palonniers.
B. la position de la gouverne de direction.
C. l’action de l’amortisseur de lacet au sol uniquement.
D. l’action de l’amortisseur de lacet sur la gouverne de direction.

13 : L’indication d’un gyro directionnel en tant qu’instrument de bord n’est valide que sur une courte période de temps. Les causes de cette imprécision sont : 1. La rotation de la Terre. 2. L’accélération longitudinale. 3. Le déplacement de l’avion à la surface terrestre. 4. Les défauts mécaniques du gyro. 5. La masse du gyro. 6. Le montage des cadres du gyro. La combinaison regroupant l’ensemble des propositions correctes est :
A. 1, 3, 4, 6.
B. 1, 2, 3, 4, 5, 6.
C. 1, 3, 4.
D. 2, 5, 6.

14 : L’indication d’un gyro directionnel en tant qu’instrument de bord n’est valide que sur une courte période de temps. Les causes de cette imprécision sont : 1. La rotation de la Terre. 2. Les accélérations longitudinales. 3. Le déplacement de l’avion à la surface terrestre. 4. La composante verticale des accélérations. La combinaison regroupant l’ensemble des propositions correctes est :
A. 1, 3.
B. 1, 2, 3.
C. 1, 2, 4.
D. 1, 3, 4.

15 : L’indication d’une jauge de carburant à flotteur varie avec : 1. l’attitude avion. 2. les accélérations. 3. la pression atmosphérique. 4. la température. La combinaison regroupant l’ensemble des propositions exactes est :
A. 1, 2.
B. 4.
C. 1, 2, 4.
D. 1, 2, 3, 4.

16 : L’indication du nombre de Mach est obtenue à partir de :
A. la vitesse indiquée (IAS) comparée à la vitesse vraie (TAS) fournie par la centrale aérodynamique.
B. la vitesse indiquée et de l’altitude dans un anémomètre équipé d’une capsule anéroà¯de du même type que celle d’un altimètre (capsule de vidi).
C. un anémomètre ordinaire gradué en nombre de mach au lieu de nœuds.
D. un écho sonore qui permet de comparer la vitesse du son à la vitesse indiquée.

17 : L’information de cap fournie par la vanne de flux du compas gyromagnétique est envoyée :
A. à l’amplificateur.
B. au détecteur d’erreur.
C. à l’indicateur de cap.
D. au système érecteur.

18 : L’information de cap provenant de la vanne de flux d’un compas gyromagnétique de type « flux gate » est envoyée :
A. à l’indicateur de cap.
B. au système érecteur.
C. au détecteur d’erreur.
D. à l’amplificateur.

19 : L’initiation d’une remise des gaz automatique peut se faire :
A. à Vy +/- 5 kt uniquement.
B. à n’importe quelle vitesse.
C. à 70 kt +/- 5 kt uniquement.
D. dans une certaine plage de vitesses d’approche.

20 : L’insertion des waypoints dans une centrale INS s’effectue en utilisant :
A. la distance et le relèvement
B. le nom du waypoint
C. la latitude et la longitude
D. l’indicatif de la balise de navigation

Inscrivez-vous gratuitement pour accéder aux réponses de ces questions de l’examen théorique ATPL !